Imbroglio centrafricain

La Journée Mondiale du Réfugié, célébré le vendredi 20 juin, et le dernier rapport du HCR révèlent  que la République centrafricaine est l’un des trois pays les plus touchés par le phénomène des déplacements de populations du fait de la guerre. En effet, un quart des Centrafricains sont  soit des déplacés à l’intérieur du pays (plus d’un demi-million de personnes) soit des réfugiés dans la sous-région (347 000 personnes).

 

 

Les défis que le pays doit relever pour restaurer la sécurité sur son territoire, retrouver un minimum de stabilité politique, reconstruire l’État et relancer le développement économique et social mobilisent de nombreux acteurs, tant nationaux qu’internationaux. Or leurs interventions pour aider la RCA à sortir de la crise seront d’autant plus efficaces qu’elles pourront s’appuyer sur une connaissance fine du contexte et de ce qui a mené ce pays à la situation dans laquelle il se trouve aujourd’hui.

 

 

La revue Afrique contemporaine contribue à la production de cette connaissance, comme l’illustrent des articles récents sur la crise pastorale et, plus généralement, sur l’anomie dans une bonne partie de la RCA.

 

 

A lire :



Mots-clés