Comité de rédaction

Frédéric Joël Aivo, professeur agrégé de droit public et Doyen de la Faculté de droit et de science politique de l’Université d’Abomey-Calavi (Bénin). Enseigne le droit constitutionnel et le droit international public dans les Universités de l’espace CAMES et est auteur de plusieurs publications sur l’évolution du constitutionnalisme en Afrique, les processus de démocratisation, la justice constitutionnelle et les organisations internationales.
 
Francis Akindes, professeur de sociologie à l’Université Alassane Ouattara (Bouaké, Côte d’Ivoire).
 
Chris Alden,Associé principal de recherche sur la politique étrangère sud-africaine et les relations sino-africaines, SAIIA.
 
Medhi Alioua,sociologue, enseignant-chercheur à l’Université Internationale de Rabat (Maroc) et directeur adjoint du laboratoire LEPOSHS. Ses terrains de recherches au Maroc et dans la région se focalisent sur les mouvements migratoires et les phénomènes qu’ils produisent ou dont ils sont les produits : transnationalisme, globalisation, cosmopolitisme, racisme, mouvements sociaux, ville et mobilités.
 
Louise Avon, administratrice déléguée aux questions internationales, à la politique de coopération et à l’action humanitaire. Elle est membre du conseil d’administration du Secours catholique/Caritas France. Ses thématiques de recherche sont les États fragiles et les sorties de crise.
 
Jean du Bois de Gaudusson, professeur de droit public à l’université Montesquieu (Bordeaux-4), fondateur du Centre d’études et de recherches sur les droits africains et sur le développement institutionnel des pays en développement (CERDRADI), président honoraire de l’Agence universitaire de la francophonie (AUF) et expert constitutionnel auprès du secrétaire général de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF). Ses thèmes principaux de recherche sont le droit public, administratif et constitutionnel et le droit public comparé.
 
Catherine Boone, professeur de politique comparée et économie politique africaine, LSE.
 
Chloé Buire,chargée de recherche au CNRS, membre du laboratoire Les Afriques dans le Monde. Ses travaux interrogent la construction des identités politiques dans les grandes villes d’Afrique Australe (Cape Town, Luanda, Johannesburg) à partir de méthodes ethnographiques, visuelles et participatives.
 
Gérard Chambas, chargé de recherche du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), à l’université d’Auvergne (Clermont). Ses thématiques de recherche recouvrent les finances publiques et les politiques fiscales et commerciales.
 
Raphaëlle Chevrillon-Guibert,chercheuse en science politique à l’Institut de Recherche pour le développement (IRD)et affectée à l’UMR PRODIG. A partir d’une approche d’économie politique, elle s’intéresse aux pratiques autoritaires, aux politiques de développement liées à l’exploitation des ressources naturelles, aux questions d’islam politique et aux conflits locaux qu’elle étudie dans la région du Sahel Central (Soudan-Tchad) et au Maroc..
 
Dominique Darbon,professeur de science politique et d’administration à sciences po Bordeaux. Ses thèmes de recherche concernent les politiques et l’action publique dans les pays du sud et sur les nouvelles dynamiques sociales de sortie de pauvreté en Afrique dont les classes moyennes..
 
Christine Desouches, conseiller spécial du secrétaire général de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), maître de conférences en science politique à l’université Panthéon-Sorbonne (Paris-1), ancienne déléguée à la paix, à la démocratie et aux droits de l’homme de l’OIF, ancienne conseillère spéciale du secrétaire général de la francophonie, chargée des affaires politiques et diplomatiques. Ses thématiques de recherche recouvrent le droit international, les relations internationales, le droit constitutionnel et les institutions politiques comparées, notamment dans les situations de sortie de crise, de transition ou de consolidation de la paix.
 
Sébastien Fath,chercheur au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS),spécialisé dans l’étude du protestantisme évangélique.
 
François Gaulme,chargé de mission au département de la recherche de l’Agence française de développement, spécialisé en anthropologie politique dans la longue durée. Ses thématiques de recherche recouvrent les États fragiles, les sorties de conflits et la socio-anthropologie de la gouvernance.
 
Mamoudou Gazibo,professeur titulaire au Département de science politique de l’Université de Montréal au Canada. Ses thématiques de recherches relèvent de la politique comparée et des relations internationales et portent plus spécifiquement sur la démocratisation, les institutions comparées et le monde émergent.
 
Yvan Guichaoua, maître de conférences en analyse internationale des conflits, Université de Kent.
 
Sten Hagberg,professeur d’anthropologie culturelle et directeur du Forum des études africaines, à l’université d’Uppsala (Suède). Ses terrains de recherche ethnographique se trouvent au Burkina Faso (depuis 1998) et au Mali (depuis 2008). Les thématiques de recherche recouvrent les dynamiques sociales et politiques locales, la décentralisation, l’éthnicité, le mass média et la sécurité, ainsi que les questions de méthodes et d’engagement.
 
Eric Hahonou, Associate professor, Roskilde University.
 
Philippe Hugon, économiste, docteur honoris causa de l’université d’Arequipa, professeur émérite à l’université Paris-Ouest-Nanterre, directeur de recherches à l’IRIS. Il est spécialiste de l’économie et de la géopolitique de l’Afrique.
 
Pierre Jacquemot, maître de conférences à Sciences Po (Paris), chercheur associé à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) et président du Groupe de recherches et d’échanges technologiques (GRET). Spécialiste des questions économiques et des politiques africaines, il conduit plusieurs missions d’expertise pour le compte du ministère de la Coopération, du FMI, de la Banque mondiale et du PNUD.
 
Shozo Kamo,professeur de l’Université de Meijo (Nagoya, Japon). Ses thématiques de recherche recouvrent les relations internationales et les sciences politiques, surtout la politique africaine de la France et du Japon, ainsi que la question de la sécurité par l’Union africaine .
 
Ousmane Kane,docteur en Science Politique (Institut d’Etudes politiques de Paris), professeur titulaire, Chaire Alwaleed Islam et Sociétés musulmanes contemporaines à l’Université de Harvard. .
 
Dodzi Kokoroko, Titulaire d’une Chaire de Professeur agrégé de droit public et de science politique à la faculté de droit de Lomé au Togo. Ses recherches portent notamment sur le droit international, le droit constitutionnel jurisprudentiel et les droits et libertés fondamentaux.
 
Marie Miran,maître de conférences à l’EHESS, membre de l’IMAF. Ses recherches en histoire et en anthropologie portent sur les questions religieuses, notamment islamiques, en Côte d’Ivoire et dans le golfe de Guinée.
 
Paul Melly,journaliste et chercheur associé du Programme Afrique à Chatham House (l’Institut Royal des Affaires Internationales) à Londres. Il s’intéresse à la politique et le développement au Sahel et au Madagascar, et les relations entre l’Afrique de l’Ouest et l’Europe.
 
Marième N’Diaye ,sociologue, chargée de recherche au CNRS, rattachée à l’ISP. Ses recherches s’inscrivent dans une perspective comparée et interdisciplinaire croisant sociologie du droit, sociologie de l’action publique et études sur le genre. Elle travaille sur le droit de la famille et sur les enjeux relatifs à la dépénalisation de l’avortement.
 
Carlos Oya ,Reader (Associate Professor) en Économie Politique du Développement, au SOAS, Université de Londres. Ses thématiques de recherche recouvrent le développement économique en Afrique, emploi, pauvreté et développement agricole.
 
Marc Raffinot, professeur d’économie du développement à l’université Paris-Dauphine, chercheur au LEDa. Ses thématiques de recherche sont les finances publiques, l’endettement, l’aide au développement et les politiques de lutte contre la pauvreté.
 
Anne-Sophie Robilliard,économiste, chargée de recherche à l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), à DIAL (UMR IRD & Université Dauphine). Ses recherches portent principalement sur les pays d’Afrique Sub Saharienne, notamment le Sénégal, et recouvrent l’analyse de l’impact des politiques publiques sur la pauvreté et la distribution du revenu, et la participation des femmes au marché du travail en lien avec les dynamiques démographiques.
 
François Roubaud, économiste, directeur de recherche à l’IRD, affecté à DIAL (Paris). Ses domaines de compétence sont la micro-économétrie, la modélisation, l’économie politique, la méthodologie d’enquêtes et le traitement des données. Ses thèmes de recherche sont la croissance, la redistribution, le rôle de l’État, les multiples dimensions de la pauvreté et du bien-être subjectif, la gouvernance, la démocratie, les conditions de vie des ménages, le marché du travail et le secteur informel.
 
Alice Sindzingre , Chercheuse au CNRS, rattachée à EconomiX, laboratoire de recherche en économie de l’université Paris-Nanterre (UMR 7235 du CNRS), visiting lecturer au département d’économie de l’université de Londres. Plusieurs éléments de cet article ont été publiés dans les Cahiers de sociologie économique et culturelle (université du Havre).
 
Denis Tull ,chercheur équipe de recherche « Questions régionales Sud, IRSEM.
 
Jean-Bernard Véron,économiste, président du comité des solidarités internationales de la Fondation de France. Ses travaux portent sur les États fragiles et sur les crises et conflits. Il est rédacteur en chef de la revue Afrique contemporaine.
 
Leonardo Villalon ,politiste, Directeur du centre de recherche africaine, Université de Floride.