L’immixtion « par le bas » des technologies digitales dans la vie urbaine africaine

par Francis Akindès

      Séverin Kouamé Yao

La sociologie digitale recommande la compréhension des dynamiques sociétales, notamment dans le contexte des villes africaines, à travers l’apport des technologies numériques à la construction et à l’entretien des relations humaines et des institutions sociales. La présente contribution s’inscrit dans cette perspective des usages sociaux du digital et des réseaux sociaux « par le bas ». Elle se propose d’aborder la ville à travers la manière dont ceux qui y habitent continuent de se l’approprier, de l’inventer et de s’y réinventer, donc de « faire société » urbaine grâce au digital. Cette étude restitue une diversité d’usages culturels et contextualisés, rendant également compte de modalités particulières de co-construction de modernités urbaines.



CONSULTER L'ARTICLE