Petite corruption et situations de pluralisme normatif au Burundi

par Guillaume Nicaise

Cet article restitue et analyse les pratiques des percepteurs d’impôt et des élus locaux au Burundi. Pour mieux comprendre le fonctionnement de l’État au niveau local, les observations participantes réalisées identifient les rapports de force, les réseaux de solidarité et les marges de manœuvre utilisées par les acteurs, afin de défendre leurs intérêts. L’omniprésence du parti au pouvoir et le faible niveau de contrôle favorisent l’impunité autour de la petite corruption locale. L’article démontre que la corruption au Burundi est essentiellement un fait social, en rupture avec sa définition formelle, et qu’elle fait partie de l’actuel système de gouvernance.



CONSULTER L'ARTICLE