État, pouvoirs locaux et insécurités au Sahel

par Abdoulaye Mohamadou

Cet article vise à montrer que les approches politiques choisies par les États du Niger et du Mali pour intégrer les communautés locales dans le projet d’État-nation ont produit des trajectoires différenciées, lesquelles permettent d’expliquer en partie les situations contrastées observées aujourd’hui dans les deux pays. En institutionnalisant la chefferie traditionnelle, devenue partie intégrante de l’État, le Niger a mieux intégré les communautés locales que ne l’a fait le Mali, où l’administration territoriale a tenu un rôle dominant au niveau local. Dans les deux pays, les processus de décentralisation mis en œuvre dans un contexte post-conflit ont servi de catalyseur pour arbitrer les luttes de positionnement dans les arènes locales, tout en favorisant l’émergence de nouvelles relations avec l’État.




Cartes et photos associées
CONSULTER L'ARTICLE