« Manger pour soi-même » en zone forestière ivoirienne

par Léo Montaz

Les espaces ruraux ivoiriens connaissent, depuis les années 1980, un processus migratoire dit de « retour à la terre » auquel participent majoritairement des jeunes hommes revenant vers leur village paternel. À travers les parcours de vie de ces jeunes, cet article questionne les reconfigurations en cours des rapports aînés/cadets dans la zone forestière du Centre-Ouest ivoirien. En transposant l’expérience urbaine dans les villages, parfois brutalement, ces jeunes hommes proposent de nouveaux modes d’organisation qui doivent permettre à chacun de s’autonomiser ou de « manger pour soi-même », loin du mode de vie des aînés. Mais ce processus ne va pas sans d’importantes résistances qui questionnent les possibilités réelles d’autonomisation de ces jeunes.




Cartes et photos associées
CONSULTER L'ARTICLE