Les forces armées de Côte d’Ivoire : portrait d’un dispositif fragile

par Bruno Clément-Bollée

      Marie Miran-Guyon

Les mutineries de 2017 ont ravivé les craintes d’un retour des armes sur la scène politique ivoirienne, alors que la Réforme du secteur de la sécurité (RSS) et l’opération de Désarmement, démobilisation et réintégration (DDR) avaient été conduites, au sortir de la crise postélectorale de 2010-2011, pour fluidifier le retour des militaires en caserne et le retour d’ex-combattants à la vie civile. Hier comme aujourd’hui, la question des forces armées reste centrale, quoique méconnue. Entretien avec le général Bruno Clément-Bollée, qui fut, entre autres fonctions, commandant de l’opération française Licorne en 2007-2008, directeur de la coopération de sécurité et de défense au ministère français des Affaires étrangères (2010-2013) et conseiller du directeur ivoirien de l’autorité pour le DDR (2013-2016)




Cartes et photos associées
CONSULTER L'ARTICLE