Bouna, une « instabilité permanente » ?

par Jeremy Speight

La fragilité de la paix dans la Côte d’Ivoire d’après la crise postélectorale est manifeste dans le nord-est du pays, dans la ville de Bouna et ses campagnes alentours. Depuis 2011, les tensions se sont accrues entre éleveurs peul, agriculteurs lobi et « autochtones » koulango. Fin mars 2016, les luttes pour l’utilisation des terres ont trouvé leur apogée dans un affrontement violent entre membres des communautés lobi et peul à Bouna, qui s’est soldé par plus de vingt morts, trente blessés et mille personnes déplacées. Comment expliquer la précarité de la paix post-conflit à Bouna ’ Cet article historicise les causes structurelles de cette violence en analysant les évolutions des relations de pouvoir régissant l’utilisation des terres dans la longue durée.




Cartes et photos associées
CONSULTER L'ARTICLE