L’élaboration de comptes patrimoniaux de finances publiques en Afrique

par Marc Raffinot

Le système de statistiques de finances publiques et plus généralement de comptabilité nationale patrimoniale est recommandé aux pays africains pour leur transparence et l’amélioration de la gestion macroéconomique et budgétaire. Toutefois, les coûts de mise en place d’un tel système sont souvent sous-estimés, de même que la pertinence des concepts qui le sous-tendent. Inversement, les avantages mis en avant risquent d’avoir du mal à se concrétiser dans le contexte économique et financier actuel, marqué notamment par une exclusion quasi totale des marchés financiers qui rend illusoire une approche de gestion actif/passif. Il est de plus difficile de penser qu’un changement de modèle comptable pourra porter tous ses fruits dans des contextes de mauvaise gouvernance. Il est donc probablement plus pertinent de mettre l’accent sur les améliorations qui pourraient être effectuées sans modifier le cadre comptable, notamment en termes de contrôle de la dépense publique et de comptabilisation des arriérés de paiement.




Cartes et photos associées
CONSULTER L'ARTICLE