Le retour de Moscou en Afrique subsaharienne ?

par Alexandra Arkhangelskaya

L’Afrique subsaharienne et la Russie entretiennent des relations de longue date. Elles ont récemment pris un tour nouveau, avec plusieurs initiatives bilatérales et la montée en puissance du forum multilatéral des BRICS où la Russie est très active. L’héritage de la période soviétique dans la politique étrangère du pays en général et vis-à-vis de l’Afrique en particulier est un aspect majeur à considérer pour comprendre ces relations. Si les intérêts commerciaux et les échanges se sont renforcés, l’Afrique subsaharienne ne figure cependant pas en tête des priorités de la politique étrangère russe.




Cartes et photos associées
afrique-russie-vers-une-redynamisation-danciens-partenariats

Les relations directes entre l’Afrique et la Russie remontent à l’ère soviétique, lorsque l’URSS soutenait les mouvements de libération nationale en Afrique. Après les indépendances, ces relations ont connu un moment d’apogée dans les années 1970. Plusieurs dirigeants africains choisissent ainsi d’embrasser le bloc de l’Est et imposent à leurs pays des régimes politiques socialistes et pro-soviétiques (Madagascar, Bénin, Angola, Mozambique, Éthiopie et Guinée-Bissau) ; d’autres signent des traités d’amitié et de coopération (Mali, Algérie, Libye, Kenya et Somalie). Entre 1970 et 1975, près de 40.000 conseillers soviétiques résidaient sur le continent africain.

Largement atténuées à la fin des années 1980 et tout au long des années 1990 à cause des difficultés intérieures puis à l’éclatement de l’URSS, les relations entre l’Afrique et la Russie ont repris au début 2000 sur l’impulsion du président Vladimir Poutine. Aujourd’hui, les échanges connaissent un renouveau. Les visites de présidents africains et russes dans leurs pays partenaires ont commencé, les ministres des Affaires étrangères ont multiplié leurs échanges. Loin des 200 milliards d’échanges commerciaux sino-africains, le volume d’échange de la Russie avec l’Afrique est actuellement d’environ 4 à 5 milliards de dollars par an.

Sources : Rianovosti, 2010, www.louisemichelchampigny.ac-creteil.frmichel.fr

CONSULTER L'ARTICLE