Le polar africain

par Karen Ferreira-Meyers

Le polar africain est un phénomène nouveau. Il se divise en deux catégories : d’une part, les romans qui font une représentation de la réalité et, d’autre part, ceux qui reproduisent les aspirations du continent. Selon la critique littéraire, la littérature africaine est un miroir à travers lequel se reflète la vie en Afrique dans ses différentes composantes et sa diversité. Il ne s’agit pas uniquement de dire, mais de dire vrai, de situer dans le registre du vraisemblable une thématique qui relève de l’abject. Dans ce jeu des représentations, le roman policier affiche sa singularité au détriment des autres genres, notamment à travers un intertexte explicite avec divers discours sociaux. Le présent article trace l’historique de l’apparition et de la divulgation du roman policier africain de langue européenne, francophone, anglophone et lusophone, afin de pouvoir analyser la production contemporaine.




Cartes et photos associées
2313

Driss Chraïbi. L’Homme qui venait du passé. Folio, 2004

2312

Yasmina Khadra. L’Automne des chimères. Folio, 1998

2311

Moussa Konaté. La Malédiction du Lamantin. Fayard, 2009

2310

Abasse Ndione. La Vie en spirale. Gallimard, 1998

2309

Louis-Ferdinand Despreez. Le Noir qui marche à pied. Phébus, 2008

2308

Deon Meyer. Les Soldats de l’aube. Points, 2003 (adapté pour la télévision en 2005)

2307

Achille Ngoye. Agence Black Bafoussa. Gallimard, 1996

2306

Jean-Pierre Makouta-Mboukou. L’Homme aux pataugas. L’Harmattan, 1992

2305

Jean-Pierre Dikolo. Machines à découdre. A.B.C., 1976

2304

Assé Gueye. No Woman no Cry. L’Harmattan, 1986

2303

Modibo Sounkalo Keita. L’Archer Bassari. Karthala, 1984

CONSULTER L'ARTICLE