Les festivals, acteurs incontournables de la diffusion du cinéma africain

par Samuel Lelièvre

L’un des obstacles à la constitution d’une économie viable des cinémas africains est la quasi-absence de réseaux de distribution ou de diffusion suffisamment important pour engendrer des revenus réinjectables dans le circuit de production.

Les festivals comblent la fragilité de cette économie globale du cinéma. L’importance prise par les festivals est également la conséquence (…)




Cartes et photos associées
quintessence-un-festival-beninois-en-plein-essor

Affiche du neuvième festival international du film de Ouidah, Bénin, 2011. Créé en 2003, ce festival rassemble, chaque année, des créateurs, des techniciens et des financeurs du sud comme du nord. Des ateliers de formation aux métiers de l’image et du son en direction des professionnels et semi-professionnels du Bénin, de la sous-région et d’ailleurs sont également proposés. Cette année, le dynamisme de ce festival transparaît dans la sélection qui a atteint 140 films dont 94 en compétition sur un total de 1 447 dossiers reçus. Il s’impose comme un grand festival panafricain, au même titre que le Fespaco, et d’autres festivals historiques.

CONSULTER L'ARTICLE