Droit islamique et pratiques sociales, la question de l’orphelin

par Élise Guillermet

À une démarche volontariste des ONG islamiques de participer au jihad par le secours aux membres de l’umma correspondent différents vécus. Le présent article propose de s’intéresser à la complexité de l’économie morale, construite quotidiennement par les habitants de Zinder entre normes islamiques et pluralisme juridique hérité de la période coloniale. Il prend pour objet anthropologique les pratiques de reconstruction de filiation à l’enfant « orphelin ». Il décortique tant les réappropriations des aides internationales islamiques que leur inscription dans un ensemble plus large de pratiques allant du recours à l’état civil au baptême religieux.



CONSULTER L'ARTICLE